Six hommes et 4 femmes infideles sur 10 le seraient a cause de-leur patrimoine hereditaire

Photo

22-03-2022 | « Un groupe de chercheurs a identifié le gène de l infidélité, tandis quune autre enquête réle que ça arrive surtout entre 40 et 49 ans » souligne Alex Fantini, fondateur du portail ExtraConjugales.com.

Les champions de la monogamie ? « Ce sont les souris californiennes (peromyscus californicus) et les grenouilles du Pérou (ranitomeya imitator) » mette en exergue Alex Fantini. Cela a été démontré par l’étude « Conserved transcriptomic profiles underpin monogamy across vertebrates » (pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/30617061/) menée par des chercheurs des universités du Texas, de Bristol et de Stanford.

Et aussi sont fidèles les tilapias tanzaniennes (xenotilapia), les océanites tempêtes (anthus spinoletta) et les campagnols des prairies (microtus ochrogaster), de petits rongeurs « qui sont capables dempathie» ont déterminé les chercheurs, en révélant le rôle clé joué dans ce comportement par l’ocytocine, l’hormone de l’amour, comme chez les humains.

« Pourtant, dans d’autres espèces étroitement liées à celles-cice “ kit génétique ” est absent » remarque le fondateur d’ExtraConjugales.com s’en référant à la recherche dirigé par Rebecca L. Young et Hans A. Hofmann, publié dans la revue scientifique pluridisciplinaire américaine « PNAS » édité par l’Académie Nationale des Sciences des États-Unis d’Amérique.

D’après une autre étude australo-suédoise qui s’intitule « Genetic analysis of human extrapair mating: heritability, between-sex correlation, and receptor genes for vasopressin and oxytocin » (sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1090513814001317), basée sur un échantillon de 7.378 jumeaux âgés de 18 à 49 ans en couple depuis plusieurs années, les scientifiques ont réussi à identifier un gène spécifique — le gène gène Avpr1A — responsable de l’infidélité.

La recherche, meneé par Brendan P. Zietsch (Université du Queensland), Lars Westberg (Université de Gothenburg), et Pekka Santtila et Patrick Jern (Université Åbo Akademi), spécialistes d’épidémiologie génétique, de sciences comportementales, de psychologie, de neurosciences et de physiologie, a été publié dans le journal scientifique « Evolution And Human Behavior », édité par Elsevier, l’un des plus gros éditeurs mondiaux de littérature scientifique.

« Le gène en question permet la production de l arginine-vasopressine, une hormone qui influe sur le comportement social et impacte sur l attachement entre les partenaires sexuels » explique le fondateur du portail ExtraConjugales.com.

Donc, selon les chercheurs l adultère serait héréditaire : 63% des hommes et 40% des femmes infidèles le seraient à cause de leur patrimoine génétique.

Dans l’échantillon examiné 9,8% des hommes et 6,4% des femmes avaient été infidèles, c est-à-dire qu ils avaient eu au moins un rapport sexuel avec quelqu un qui n’était pas leur conjoint, au cours de l année précédente.

« Les chercheurs ce sont orientés vers les nes du récepteur de la vasopressine et de l ocytocine, connus pour modifier la sociosexualité des campagnols des prairies et des montagnes, modèles des études sur la biologie de l infidélité » précise le fondateur d’ExtraConjugales.com.

En effet, des tests effectués sur des campagnols des prairies (des souris connues pour leur fidélité) et des campagnols des champs (des souris connues pour leur infidélité) ont permis de montrer que le gène Avpr1A influait sur leur comportement sexuel.

« L’étude australo-suédoise est la première à chiffrer la responsabilité de l ADN dans l infidélité masculine » mette en évidence Alex Fantini.

Selon cette étude, 63% de l infidélité masculine est imputable à la génétique (“nature") surtout entre 40 et 49 ans et 37% à l environnement et l’éducation (“nurture”). Du côté des femmes (40%), la génétique c est moins mais encore beaucoup.

Et sont particulièrement les femmes de plus en plus nombreuses à fréquenter le site ExtraConjugales.com. La tendance à la trahison est élevée :  auprès d un échantillon de 1.000 femmes et de 1.000 hommes, 38% de femmes et 58% d hommes déclarent avoir déjà été infidèles.

Parmi les villes les plus infidèles, on retrouve Paris en tête du classement avec 65% des femmes et 77% des hommes qui ont confessé avoir été déjà infidèles, Marseille en deuxième position avec 61% pour les femmes et 75% pour les hommes qui trahissent et Lille en troisième position avec 59% pour les femmes et 69% pour les hommes.

À suivre, Bordeaux (57% pour les femmes et 67% pour les hommes), Nantes (46% et 66%) , Lyon (33% et 60%) , Dijon (32% et 60%) , Toulouse (30% et 55%) , Orléans (28% et 54%) , Rennes (26% et 52%) , Rouen (25% et 45%) , Strasbourg (17% et 39%) et Ajaccio (15% et 35%).


Back to Top